Il est des semaines, comme ça...

Publié le par Marjolaine PAUCHET

Bon alors, par quoi je commence ?

Ben par le BAT, pardi, aussi appelé épreuve. Il est vrai que s'en est une d'épreuve, cette épreuve. Il a fallu tout contrôler, vérifier qu'il n'y avait pas d'erreurs - et il y en avait - faire relire par un ami, qui a mis le doigt sur quelque chose que je sentais confusément, je me suis fait un peu eu. Pas par l'imprimeur enfin, pas que sache mais par l'agence de correction professionnelle à qui j'avais fait corriger mon recueil. Là des erreurs de typographie n'étaient pas corrigées, là des mots correctement orthographiés étaient corrigés, bref, la débandade. J'ai dû tout reprendre, tout relire moi-même, n'ayant pas les moyens de confier le tapuscrit à une nouvelle agence... J'ai quand même soulevé deux ou trois lièvres, comprenez deux ou trois fautes. J'espère ne pas en avoir raté d'autres. J'ai également un peu retravaillé la mise en page dont on ne peut voir les petits défauts qu'une fois le BAT entre les mains. Voyons, qu'est-ce que je disais dans un article précédent ? A oui, dur, dur de s'éditer.

Bref, je n'ai renvoyé le BAT à l'impression qu'hier... Avec joie face à cette nouvelle étape franchie et un petit pincement au cœur de me séparer de l'échographie de mon premier bébé (cf article de la semaine dernière). Enfin, les choses avancent.

Je n'ai pas écrit sur mon roman cette semaine mais j'ai étoffé mes fiches personnages, fiches qu'il faut créer pour chaque personnage de l'histoire où on y marque tout ce qui les concerne, jusqu'à leur caractère, leurs défauts et leurs qualités. Ce travail fortement conseillé par tous les auteurs aide à étoffer les personnages, à les rendre plus vivants, plus vrais mais aussi à ne pas faire d'imper. Exemple, si vous présentez votre personnage comme adorant lire, lorsque le lecteur découvre l'appartement du personnage en question, il ne serait pas crédible de n'y trouver aucun livre... Toujours dans un souci de crédibilité, je viens de faire trois demandes de rendez-vous auprès de personnes dont je tairai le nom et surtout la fonction (pour garder secrète l'histoire de mon livre) afin d'en apprendre plus sur leur métier et la façon dont se déroule leur travail. Saviez-vous que pour écrire Le ventre de Paris, Zola a rédigé plus de 300 pages de recherches et autres observations sur les halles ? Je ne prétends pas être Zola ni ne veux faire du Zola ni dans le genre littéraire ni dans les 300 pages de recherches mais tous sans exception le disent, pour écrire, il faut connaître son sujet, faire des recherches dessus.

Pour ce qui est de mes contes, je n'ai toujours pas repris contact avec André Cazetien par manque de temps encore une fois. En revanche, j'ai un rendez-vous de prévu samedi prochain (date à confirmer) à Toulouse avec une illustratrice éventuelle.

Et vous, vos projets avancent-ils ? N'hésitez pas à laisser des commentaires.

Publié dans Mes péripéties

Commenter cet article

Rebecca G. 14/05/2015 23:39

Moi, j'ai fait faire les corrections par des amis et des proches : chacun a relever des choses différentes... Ensuite, j'ai repris toutes les corrections simultanément, et je n'ai évidemment pas déboursé un centime pour cela. Je n'ai jamais fait de fiches de personnages... :(
En tout, il m'a fallu 2 ans d'écriture et de recherches approfondies, et 1 an de relectures et corrections.
Et je n'ai pas fini...! Mais cette fois, je sens, je sais que c'est la dernière version, avant un éventuel contrat (puisque de toute façon, il faudra rechanger pas mal de choses sur la demande de l'éditeur - passage obligé!!).
Je suis allée au bout, je crois, de ce que je suis capable de faire...
J'ai hâte de savoir la suite de ton parcours...