C'était mon frère...

Publié le par Marjolaine PAUCHET

Ce livre de Judith Perrignon est inclassable. Ce n'est pas un roman, ni de la poésie, ni un guide de quoi que ce soit, ni un conte, ce n'est rien de tout cela. L'auteur a étudié les liens et l'histoire de Vincent et Théo Van Gogh. Elle en a tiré un livre poignant, écrit à la première personne où elle raconte la vie - et la douleur - de Théo qui n'aura survécu que 6 mois à son frère. Il est difficile de se souvenir que ce n'est pas lui qui parle, qui écrit, tant le ton est juste. Il faut dire que le travail de recherche effectué en amont est considérable. Une plongée bouleversante dans la peine d'un frère mort de chagrin. Pour tous ceux qui aiment Vincent Van Gogh et son histoire.

Extrait : "Les oiseaux ont disparu sur les branches d'amandier peintes par Vincent. Je ne siffle plus leur chant, le soir, pour endormir mon fils. Naguère, je convoquais pour lui, fauvettes, rossignols et étourneaux sur la toile bleue accrochée au-dessus du piano. Je dépose désormais sur son front le baiser d'un père mécanique. Puis je passe dans la pièce à côté. Je m'installe devant mon bureau, j'effleure, en m'asseyant, le tiroir central. Il contient les lettres de Vincent, je ne l'ouvre plus."

Quatrième de couverture : "J'ai pensé dire quelques mots. Mais je n'ai pas pu, j'ai bafouillé des remerciements, rien de plus. Le docteur Gachet s'en est chargé. Il pleurait, lui aussi. Il a dit l'essentiel. Que tu étais un homme honnête, un grand artiste, qu'il n'y avait que deux buts dans ta vie, l'humanité et l'art. Et que c'est l'art que tu chérissais au-dessus de tout, qui te ferait vivre encore. Moi, simple marchand des peintres morts et trop peu des vivants, je ne sais rien de ce présage. J'aurais voulu ajouter : c'était mon frère."

Théo n'a pas survécu plus de six mois à la mort de Vincent... Au jeune frère, Judith Perrignon a emprunté sa voix et ses souvenirs pour écrire une histoire en forme de compte à rebours, un court moment où le nom de Vincent Van Gogh évoque un homme parmi d'autres et pas encore un mythe.

Publié dans J'ai lu : inclassables

Commenter cet article

emilie 12/10/2015 12:28

très belle histoire ! ça donne envie de lire ce livre !
http://www.softesthetique.com/abdominoplastie-tunisie.php

Rebecca G. 29/08/2015 23:39

Intéressant... A découvrir! (J'aime beaucoup Van Gogh!)

Marjolaine PAUCHET 30/08/2015 11:06

J'adore Van Gogh. Enfin, un peu moins depuis que je sais qu'il allait aux corridas ce qui est complètement aberrant quand on connait un peu l'homme mais sa peinture me transperce l'âme, c'est comme ça, j'y peux rien.

Caroline 29/08/2015 14:50

La maison Van Gogh est dans ma ville :)

Marjolaine PAUCHET 30/08/2015 11:09

:-s En France, on a plusieurs maisons qui ont essayé de prendre ce nom, càd, là où il a vécu. Mais il n'y en a qu'une qui soit encore debout, la dernière en date, à Auvers-sur-Oise, là où il est mort. Sa maison d'Arles ayant était détruite pendant la seconde guerre mondiale. Mais donc toi, tu vis à côté de la vraie, celle où il a grandit... Quelle chance ! Je t'envie petite Belge ! ;-p

Caroline 30/08/2015 00:21

La maison Van Gogh est à Cuesmes dans la commune de Mons en Belgique?!

Marjolaine PAUCHET 29/08/2015 15:00

Quelle chance ! Tu es à Auvers-sur-Oise ?