Le naufrage du Titan

Publié le par Marjolaine PAUCHET

Croyez-vous aux prémonitions ? Moi non plus. Pourtant, force est de constater que ce livre écrit par Morgan Robertson en 1898 a comme un air de déjà vu. Déjà vu ? Si, si, je vous jure, avec l'histoire du Titanic ! Écrit 14 ans avant le drame qui couta la vie à près de 1500 personnes, ce livre est un chef-d’œuvre de détails étrangement proches de l'histoire réelle. Les dimensions et caractéristiques du paquebot (et jusqu'à son nom, le Titan), le nombre de passagers embarqués, le nombre de survivants, le mois de la catastrophe, un voyage entre l'Angleterre et New York, la destination du navire qui secoure les naufragés, la rencontre avec un iceberg... Si, si, j'vous jure, comme un sentiment de déjà vu dans tous ces petits détails de l'histoire qui feront frémir les plus cartésiens d'entre vous !

Attention cependant. J'ai étais attirée par ce livre car je connaissais cette ressemblance mais j'ai été déçue devant l'histoire que j'ai trouvé assez mal écrite (reconnaissons-le) et qui contient certaines invraisemblances. Sans compter que si les points communs avec le Titanic ne se comptent plus, ceux avec l'histoire de ses passagers (et donc l'intrigue du livre) sont des plus rares.

Si vous êtes amateur de curiosités, d'histoires étranges, de prémonitions (?), foncez, ce livre est pour vous. Mais si toutes les concordances avec le Titanic ne vous font ni chaud ni froid et que seule compte pour vous l'histoire en elle-même, passez votre chemin...

Le naufrage du Titan

Quatrième de couverture : C'était le plus grand navire en exploitation et la plus prestigieuse création de l'homme. Toutes les sciences et tous les corps de métiers connus de notre civilisation avaient contribué à sa construction et assuraient sa maintenance. Insubmersible, indestructible, il transportait le nombre minimum de chaloupes qu'exigeait la loi.

C'est ce qu'écrivait en 1898 Morgan Robertson, dans son roman d'une extraordinaire intensité, tout d'abord intitulé Futility. Quatorze ans avant la plus grande tragédie maritime civile de tous les temps, cette histoire préfigurait étrangement le drame véritable.

Un siècle plus tard, Le Naufrage du Titan, traduit enfin fidèlement en français, n'a rien perdu de sa puissance de choc. La lecture en est passionnante en soi, mais la question reste posée : s'agit-il d'une étrange série de coïncidences, ou faut-il y voir quelque chose d'infiniment plus mystérieux ?

Publié dans J'ai lu : romans

Commenter cet article

Rebecca G. 23/10/2015 11:40

Eh oui!!! J'en parle justement dans mon roman... ;D Il parait que c'était un piètre écrivain... mais un excellent médium, assurément!! Il existe une tonne de coïncidences (que je cite dans mon récit) entre le Titan et le Titanic, coïncidences qui, à ce niveau, ne peuvent pas en être....
Gros bisous.

Marjolaine PAUCHET 23/10/2015 12:21

Piètre écrivain ? Difficile de juger sur un seul livre. L'histoire de celui-là n'est en tout cas pas fameuse c'est certain. Quant aux coïncidences qui n'en sont pas, en bonne scientifique, je crois que justement, il s'agit d'une incroyable série de coïncidences... qui fait froid dans le dos !