Silence

Publié le par Marjolaine PAUCHET

Je voulais, c'était prévu, écrire un article ce week-end. Sauf que le drame de vendredi soir m'a poussé a changer mon point de vue. Écrire un article sur mes petites péripéties d'auteur après une telle tragédie me paraissait déplacé. D'où mon relatif silence radio depuis. Relatif car vous l'avez remarqué, j'ai suivi et commenté vos propres articles et j'ai moi-même écrit un poème sur le sujet (3 en fait). Les trois sont sur mon facebook. Le premier que j'ai écrit, je l'ai écrit sur ce blog, dans la rubrique Jeu de mots. L'idée du poème m'est venue le vendredi soir. Alors que l'horreur se déroulait en direct à la TV sous mes yeux. C'est comme cela que je réagis, quand quelque chose me bouleverse, j'ai besoin de le mettre en vers. Vendredi soir donc, je regardais tranquillement mon programme à la télé. Les pub arrivent et j'en profite pour zapper. Je finis par tomber sur BFMTV. Alerte info était marqué en gros, les premiers mots entendus suffirent à me donner le ton, les bandeaux qui défilaient en dessous aussi. C'était le début, les bandeaux affichaient encore "12 morts". Bien évidemment, après cela, on ne peut plus zapper. Et les morts, tout au long de la soirée, se sont accumulés. Après 12, ils en ont annoncé "plus de 20" puis "plus de 30" puis 40 puis 60 puis... Les premiers témoignages téléphoniques de gens coincés dans les cours d'immeubles, terrorisés, attendant que les flics viennent les chercher etc... Et puis l'angoisse pour mon beau-père qui est taxi de nuit à Paris. Et où les taxis conduisent les gens le vendredi soir ? Mais au resto, au concert, au foot bien sûre !

Mon beau-père va bien, le joindre a été difficile ce soir-là mais il n'était pas du tout à proximité de la tragédie. Soulagement.

Pour revenir au poème, celui que je projette d'écrire sur le sujet ne l'est toujours pas. Aucun des trois n'est celui que je veux. Il est là, quelque part en moi mais pas encore tout à fait.

Mardi, j'ai acheté une nouvelle voiture. Une autre twingo. "Fais attention me dis mon frère en plaisantant, il paraît que les twingo ça prend feu". Oui, mais j'aime les twingo, c'est comme ça.

Dois-je vous parler de mes péripéties d'auteur ? Ce soir encore, j'hésite. Je voulais surtout rompre le silence radio. Comme je l'ai écrit en commentaire sur un blog, il faut rester debout. Rompre le silence va dans ce sens. Quand je sens que les gens vont mal, j'ai l'habitude de me mettre en retrait, ne pas leur balancer des mots vides de sens comme "condoléances", m'effacer simplement, les laisser à leur douleur, attendre que ça passe pour revenir. Mais cette douleur ne doit pas passer car cela signifierait oublier. Ce qui est parfaitement interdit et serait le pire manque de respect à la mémoire des victimes et aux familles. Il faut donc faire avec et continuer, quoi qu'il en coûte.

J'ai achevé les 6 premiers chapitres de mon roman pour enfants et commencé le septième. Comme vous l'avez remarqué, les 3 premiers chapitres du livre sont livrés en avant-première sur ce blog. Je me suis renseignée sur de nouveaux magasins où glisser mon recueil en dépôt-vente. Je vous donnerai la suite de cette affaire plus tard. Qu'ai-je fait d'autre ? J'avoue pas grand chose car j'étais principalement occupée à me chercher une nouvelle voiture et n'ai pas trouvé beaucoup de temps à consacrer à mon activité d'auteur et d'autoédition. Peut-être une nouvelle illustratrice pour mon conte. Nous verrons bien.

Silence

Je suis Paris et Istamboul
Je suis Madrid et Londres
Je suis la Palestine et Israël
Je suis Rio et Kaboul
Je suis le Darfour et la Tchétchénie
Je suis New-York et la Syrie
D'où je suis, je ne sais
Je suis du ventre de ma mère
Comme chacun sur cette Terre
Alors s'il vous plaît plus de guerre
On est tous frères

Le jour où il n'y aura plus à avoir honte d'être humain, c'est que nous aurons enfin compris ce que le mot humanité signifie.

Cet article est dédié à toutes les victimes de la bêtise humaine, où qu'elles soient dans le monde.

Et vous, comment avez-vous appris, vécu la tragédie ?

Publié dans Mes péripéties

Commenter cet article

laurent 28/11/2015 08:34

le silence c est celui qui offre la paix de l âme ...

Rebecca G. 27/11/2015 13:59

Coucou Marjolaine. Ton poème est très beau. Profite bien de ta Twingo et continue de faire ce que tu aimes.... Oui, il faut continuer à vivre... Bisous

Marjolaine PAUCHET 27/11/2015 19:55

Merci beaucoup.

Rebecca G. 27/11/2015 13:56

Coucou, Marjolaine. Ton poème est très beau. profite bien de ta Twingo et continue d'avancer dans ce que tu aimes faire... oui, la vie doit continuer. Bisous.

alex 23/11/2015 08:44

bonne journée!!!je vous souhaite la réussite,,,l écriture c est le don sacré!!

Marjolaine PAUCHET 23/11/2015 08:47

merci beaucoup

andrine laroux 23/11/2015 08:35

je suis ravie par ce tag, merci et bonne continuation,,,c est super!!!

Marjolaine PAUCHET 23/11/2015 08:47

tout naturel

camelie 23/11/2015 08:33

je vois que la lecture est devenue une tache pénible pour quelques enfants!!

Marjolaine PAUCHET 23/11/2015 08:47

Oui mais heureusement ça change !

Caroline 21/11/2015 23:07

Vraiment mal, je suis souvent allée à Paris, le groupe qui était au Bataclan est un groupe que je suis beaucoup, ça m'a vraiment marquée et la peur s'est un peu immiscée dans ma vie.. Je continue à vivre cependant, comme tout le monde..

Marjolaine PAUCHET 22/11/2015 15:27

Non, n'ai pas peur, ni beaucoup, ni même un peu. Céder à la peur ou à la haine, c'est les laisser gagner. Un terroriste par définition cherche à imposer la terreur. S'il n'y parviens pas, quelques soient ses moyens, quelque soit le nombre de ses victimes alors il a perdu.