Il est mort

Publié le par Marjolaine PAUCHET

Il est mort

 

 

Il est mort

Cette nuit de mars,

Mars a vaincu le sort

Sinistre farce

 

Pleure mon cœur

Pleurent mes yeux

Encore cette heure

Avec lui ? Trop peu

De temps, de caresses,

De sourires et de tendresses.

C’est fini, il est mort

Avant d’être sénior

 

Avant d’avoir pu goûter

Chaque rayon de lumière

Que le soleil lui offrait

C’est la nuit, Dernière

 

Il est mort. Tas de cendres

Dans une boîte. Rendre

L’âme, je ne lui permets

Pas. Et à qui ? Emmitouflée,

Dans mon cœur, je la garde

Prisonnière. Je la couve,

À chaque systole je suis louve

Je la tendresse, la regarde.

 

Il est mort. Trois mots

Qui jouent les minimaux

Qui cachent leur poids lourd,

Ont de sinistres contours

Cachent leur immensité,

Leur triste éternité.

 

Il est mort.

 

À Goupil

© Copyright Marjolaine PAUCHET

Publié dans Poésie

Commenter cet article